RSS Facebook Twitter
Thierry_2 (1280x853)
 

Municipales à Montauban : pourquoi le MoDem n’y est pas

UN IDEAL TROP PRECOCE

 

Pour l’Avenir de Montauban, l’idéal aurait été de rassembler largement au Centre, de l’U.D.I. au P.R.G. afin d’offrir aux Montalbanais une réelle Alternative entre une maire sortante, femme d’un bilan, et le tandem Garrigues-Mouchard, maintes fois battus, hommes du passé.

 

Les Appareils partisans ont eu raison de cette démarche :

  • à l’U.D.I. d’une part où une fin de non recevoir nous a d’emblée été opposée au prétexte d’un accord national U.M.P. – U.D.I., lequel accord se solde par la présence d’un seul U.D.I., tout juste éligible en 34ème position sur la liste de Brigitte BAREGES : le soutien de l’U.D.I. ne lui coûte pas cher !!
  • au P.R.G. d’autre part où, malgré un travail important effectué avec des acteurs de la société civile, d’autres formations de progrès et des personnes en rupture avec la démarche du P.S. local, le choix imposé d’en haut d’une alliance de circonstance a été fait, au mépris de l’intérêt des Montalbanais.

 

P.S. : UN MARCHE DE DUPES

 

S’il semble clair qu’en cas de victoire, le Conseil Municipal élira Roland GARRIGUES comme Maire, pour 3 autres noms de cette liste rien n’est réellement dit aux Montalbanais :

  • Claude MOUCHARD tout d’abord dont le silence est assourdissant dans ce début de campagne, certainement plus par crainte d’une mauvaise image que par modestie, qui sera premier adjoint et futur Président du Grand Montauban ;
  • Valérie RABAULT en suite, qui, bien que deuxième sur la liste, n’aurait aucun rôle exécutif pour respecter son engagement au non cumul des mandats : mais dans ce cas pourquoi être candidate surtout à ce niveau pour, quoiqu’il arrive, avoir un mandat autre que celui de député, si c’est pour ne pas l’accomplir pleinement ;
  • José GONZALEZ enfin, qui partagerait l’alternance avec le premier comme Président du Grand Montauban ;

 

PS : UNE ABSENCE DE VISION ET DE PROGRAMME COHERENTS

 

Hors la mise en exergue des services publics, et notamment la reprise en régie municipale de la gestion de l’eau et de l’assainissement (dont le coût exorbitant n’est même pas évalué), et une politique en faveur des hameaux Roland GARRIGUES n’avait aucun projet à nous soumettre : il ne nous a proposé qu’une répartition de postes.

 

Devant la légèreté de ces arguments et l’hypocrisie de la démarche, nous ne pouvions nous engager auprès de lui car le risque était fort d’être rapidement en désaccord sur la politique suivie qui, au vu des quelques éléments que nous avions, nous faisait craindre une répétition à Montauban, du matraquage fiscal que le P.S. vient de faire subir aux Français, et dont Valarie RABAULT est l’une des principales responsable en sa qualité de vice-présidente de la Commission de Finances de l’Assemblée Nationale.

 

UNE VEILLE CITOYENNE

 

Telles sont les raisons pour lesquelles nous n’avons pu nous rassembler avec d’autres forces pour l’avenir de Montauban, auxquelles il convient d’ajouter le fait que nous n’avons pas les moyens matériels de nous présenter de façon autonome.

Dans ces conditions nous avons décidé de proposer aux Montalbanais notre avis sur les programmes, lorsqu’ils seront connus, de manière à éclairer utilement leur choix.

Vous pourrez consulter nos avis sur notre site :

 

http://modem82.lesdemocrates.fr

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire