RSS Facebook Twitter
 

ABUS DE POUVOIR

Dans un livre paru en 2009, François BAYROU pointait la gouvernance de Nicolas SARKOZY et la qualifiait d’Abus de Pouvoir. Il y dénonçait les petits arrangements entre amis et les décisions prises sans fondement légitime et sur simple calcul politicien.

Nous assistons aujourd’hui au sein du Conseil Départemental de Tarn-et-Garonne au même genre de décisions.

Dans un article paru cette fin de semaine, un vice président explique que l’éviction de mesdames Barèges et Ferrero, respectivement de la présidence de l’office HLM (Tarn-et-Garonne Habitat : TGH) et du Conseil Architecture Urbanisme Environnement (CAUE) ne tiennent pas à leurs actions au sein de ces structures mais relèvent d’une cohérence politique au sein de l’assemblée départementale. De surcroît, l’élection de leurs remplaçants n’a pas respecté la règle de représentation proportionnelle des groupes au sein de l’assemblée : ce qui était pourtant le cas jusqu’à présent, y compris sous les règnes des « Baylet ». Pour justifier son propos, ce vice-président explique que : « le principe en démocratie c’est que la majorité doit disposer des leviers nécessaires pour appliquer le mandat que leur ont confié les électeurs ».

HORREUR !! De quels électeurs parle-t-il ? Sans doute pas de celles et ceux qui ont voté pour le binôme qu’il formait avec Brigitte BAREGES sur le canton III de Montauban ! Car à la fin, si ce conseiller départemental a été élu, c’est bien parce qu’il était le binôme de Brigitte BAREGES et non sur son propre nom. Sa légitimité populaire il la tient de sa notoriété à elle et à elle seule.

Alors, dans ces conditions, c’est lui qui bafoue le suffrage universel, c’est lui qui bafoue la démocratie.

Comment, au vu de cette attitude déloyale, qui est toute aussi condamnable que celle de Thierry DEVILLE vis-à-vis de Claude MOUCHARD lors de la précédente mandature municipale, pourrait-on accorder dans un avenir proche notre confiance à quelqu’un pour qui la démocratie consiste à donner tous les leviers du pouvoir à la majorité, sans entendre les voix différentes, au mépris du mandat reçu de ses propres électeurs.

Assurément oui, ce qui vient de se passer au Conseil Départemental est un abus de pouvoir sur le fond et dans la forme, qu’il se doit d’être dénoncé et dont toutes les conséquences devront être tirées.

Thierry FAGET,

Président départemental.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire